EgaliTED - Autisme
"Vous devez être le changement que vous désirez voir en ce monde." (Gandhi)
"Vous devez être le changement que vous désirez voir en ce monde." (Gandhi)
Handicap: détresse, tristesse et isolement
Centre de loisirs
Occuper un enfant TED
Notion du temps
Les grands évènements
Quand l'autisme est sévère...
Liens utiles
Bibliothèque
Les tracas du quotidien
Les autistes adultes
Fiches éducatives

Cette page vous propose des exemples concrets de programmes éducatifs basés sur les techniques comportementales, pour aider votre enfant à progresser dans un certain nombre de domaines et compétences. Ces exemples sont pour la plupart issus de programmes éducatifs type ABA.

Quelques explications sur les méthodes éducatives (voir aussi ici)
L'objectif essentiel des méthodes éducatives appliquées aux personnes porteuses de Troubles Envahissants du Développement est de développer des compétences qui lui permettront d'évoluer et d'interagir de manière cohérente et efficace avec son environnement. L'accomplissement de cet objectif diminuera ainsi la situation de handicap.

Afin de faire de "l'éducatif" efficace et cohérent, il convient de respecter certains principes, propres notamment à la thérapie psycho éducative ABA:

  • Utilisation de renforçateurs
  • Apprentissage sans erreurs
  • Estompage des aides
  • Collaboration TOTALE avec les parents
  • Approche globale des apprentissage


Rappel importantun programme ABA est mis en place suite à une évaluation des compétences de l'enfant et sous la supervision d'un professionnel, qui  vous aidera à éviter que votre enfant ne se trouve en situation d'échec préjudiciable à son apprentissage. 

Ne débutez pas ces apprentissages seuls. Faites appel à un professionnel qui pourra adapter ces pistes au cas de votre enfant.


Vous trouverez sur cette page des exemples pour travailler les compétences suivantes:

 

Jouer avec mon camarade autiste

Un membre du collectif EgaliTED s'est inspiré du document "jouer avec mon frère autiste" pour créer "jouer avec un camarade autiste".

Ce document est riche d'informations, clair et simple, et pourrait être présenté aux camarades d'école des jeunes autistes.

L'apport d'Egalited, outre l'envie d'en faire profiter le plus de monde possible, a été la présentation ainsi que quelques précisions.
L'essentiel du travail est celui de notre membre, qui ne souhaite pas être nommée. Merci à elle.


Pour accéder à la fiche cliquez ici.


 

Acquisition de la propreté

Pour cette fiche, nous nous sommes inspirés de la fiche suivante :
cliquez ici

Créée par le psychologue Ludovic Lefebvre, psychologue DE pour enfants et adolescents Spécialisé en ABA

Cette autre page sur le sujet peut vous aider: cliquez ici

L'apprentissage de la propreté, parlons en premier du pipi, ne peut se faire que si l'enfant est capable de rester assis ET de se retenirau moins une ou deux heures.

Pour le caca, un signe du fait que l'enfant peut apprendre aux toilettes est qu'il s'accroupitsystématiquement ou se cachepour faire caca dans sa couche (pensez donc à procurer à votre enfant un endroit où se , comme une tente d'intérieur).

Pour cela, il est important de renforcer les toilettes... en les décorant d'une manière plaisante pour l'enfant, en le félicitant lorsqu'il reste assis, en le récompensant si le pipi vient. Pour apprendre à l'enfant à rester assis aux toilettes, il faudra respecter un ordre logique, en étant patient: cela peut prendre beaucoup de temps mais le résultat en vaut la peine.

1/- Faire accepter à l'enfant d'entrer dans les toilettes : pour cela, y mettre de ses jouets, livres etc, que par exemple il devra aller chercher, lors d'un jeu de "cache cache jouet".

Laisser la porte des wc ouverte lorsque vous y êtes... ainsi votre enfant peut voir qu'il ne s'y passe rien de particulier

=> Une fois cette phase acquise, et renforcée (les petits bonbons au chocolat de toutes les couleurs donnent généralement de bons résultats...), il conviendra de faire accepter le fait d'être assis à l'enfant.

2/- Accepter de s'assoir sur les wc

Pour cela, plusieurs impératifs : cuvette à température ambiante, ambiance suffisamment chaude pour que l'enfant puisse y rester à moitié dénudé sans avoir froid, trouver un réducteur de la bonne taille lorsque l'enfant est jeune, de préférence amusant (on trouve dans bien des magasins des réducteurs rigolos à tête de canard).

Pensez aussi à un petit réhausseur pour que l'enfant ait les pieds posés, dans une position permettant d'être installé confortablement, de préférence avec les genoux au dessus du bassin.

Lorsque ces pré requis sont présents et acquis, tenter l'assise sur les toilettes. Pour certains enfants, il faudra décomposer en deux phases :

1 : s'assoir tout habillé, en renforçant un maximum, si le fait de se dénuder est trop difficile pour l'enfant. Et là, tous les moyens sont bons : ce qu'il préfère, un bonbon, un dessin animé, une histoire.

Une fois que ceci est acquis, estomper les récompenses. Le fait de s'assoir doit devenir naturel.

2 : s'assoir en ayant baissé le pantalon et le slip ou la culotte.

Cette phase peut être compliquée et difficile à mettre en œuvre. Même si l'adulte doit rester maitre de la situation, il faut parfois accepter de faire des compromis, l'essentiel étant que l'enfant fasse ce que lui demande l'adulte.

Si se dénuder est trop compliqué, lui demander d'enlever juste son pantalon pour commencer.

=> Il faut décomposer au maximum, en autant de phases que nécessaires.

NB : pour réussir dans l'acquisition de la propreté, il faut que l'enfant ait un niveau de conscience suffisant, sans lequel ce travail risque d'être voué à l'échec.

Maria WHEELER, psychologue américaine spécialisée en ABA, estime qu'il faut au moins une réponse positive aux questions suivantes pour déterminer si l'enfant a un niveau de conscience suffisant pour apprendre à contrôler ses sphincters :

– Est-ce que la personne se comporte différemment quand elle souille ses vêtements ou ses couches ?

– Est-ce qu'il existe un intérêt dans les activités liées à la toilette, se laver les mains, s'habiller, se déshabiller, ou dans des tâches similaires ?

– Existe t-il un intérêt ou un changement de comportement à la vue d'une personne impliquée dans une action liées à la miction ou la défécation ?

Maria WHEELER suggère qu'un individu qui aurait un âge mental inférieur à 2 ans ne serait pas « un bon candidat pour l'apprentissage des toilettes »

Résumé

 

1/- Prendre garde au niveau de conscience de l'enfant

2/- Rendre les toilettes agréables

3/- L'aider à apprendre à s'assoir sur la cuvette des wc (avec un réducteur l'attirant)

4/- Viser les bonnes heures, voire lui faire boire une boisson qu'il aime en quantité importante

5/- Demander son avis à un professionnel

6/- Surtout : toujours garder son calme, même lorsque vous essuyez le dixième pipi de la demi matinée. Votre enfant ne fait pas ça pour vous ennuyer, et il peut se trouver en situation émotionnelle difficile. Il vous appartient de lui donner confiance en lui, en lui montrant la confiance que vous avez en lui.


Hypersélectivité et phobies alimentaires

L'hyper sélectivité alimentaire doit être considérée comme une phobie, et donc être traitée comme telle. Il convient de garder à l'esprit que le but est d'une part de permettre à l'enfant, une fois adolescent puis adulte, d'avoir une variété suffisante d'aliments permettant d'avoir un équilibre alimentaire, et d'autre part, de permettre à votre enfant de goûter de nouveaux aliments sans se braquer, et de manger suffisamment varié pour éviter les carences.

Contrer l'hyper sélectivité alimentaire est un travail de longue haleine. Il faut être patient, et attendre suffisamment entre chaque phase que l'acquisition soit totale. Il faut donc respecter une progressivité dans l'habitude de l'enfant pour l'acceptation de nouveaux aliments. Il faut particulièrement commencer parce que l'enfant peut supporter.

Agir de la manière suivante en décomposant, comme d'habitude, un maximum :
  1. Mettre l'aliment à côté de l'assiette
  2. Mettre l'aliment dans l'assiette
  3. Toucher l'aliment avec la fourchette
  4. Amener l'aliment vers la bouche
  5. Poser l'aliment sur les lèvres
  6. Mettre l'aliment dans la bouche
  7. Augmenter progressivement les quantités

D'une manière générale, un minimum de trois repas d'affilée permet de s'assurer de l'acquisition de la phase. Cependant, il peut être long d'acquérir plus que le simple fait de "supporter". Il faut, pour que ce combat contre l'hyper sélectivité alimentaire soit efficace, que chaque phase soit parfaitement acquise, et devienne naturelle. Au bout d'une semaine sans rejet aucun, sans même s'occuper des légumes, il est possible de passer à la phase suivante sans trop de risques.

Résumé: décomposez l'acceptation de l'aliment en intégrant l'aliment dans son champs de vision, et en l'approchant de plus en plus de sa bouche.
Préférez des aliments ne dégageant pas une forte odeur afin de faciliter les choses.



Apprentissage des chiffres, de la numération, du comptage

L'apprentissage des chiffres, de leur correspondance par rapport à des quantités, la notion du plus ou du moins est souvent problématique.

 

Entre savoir lire le chiffre trois, compter trois moutons et dire qu'il y en a trois, bien du temps se passe, et beaucoup de travail s'impose.

 

 

 

Première étape :

l'enfant doit connaître la comptine des chiffres. Cependant, bien souvent, cela ne représente rien pour lui. Une manière de présenter les chiffres et leur correspondance en quantité peut être faite de manière ludique et économe.

Vous pouvez vous munir de papier cartonné, de cubes en bois, et de boites en plastique.Découpez des carrés de papier cartonnés. Nous allons prendre l'exemple 1,2,3, qui pourra être généralisé au reste des chiffres.

Sur un carré de papier cartonné, inscrivez le chiffre 1.
Sur un autre, de la même taille, représentez une face de dé correspondant au chiffre 1.
Munissez vous de 1 cube en bois (nb : pour cet exercice, il vous faudra un certain nombre de cubes en bois, ou tout autre objet que vous possédez en quantité. Dans un premier temps, ne prenez que des objets strictement identiques, par exemple tous de la même couleur. Ensuite, lorsque la logique semblera comprise, utilisez des cubes de couleur différente.)

Collez le chiffre 1 sur une boite.

Faites de même avec le deux. Dans un premier temps, nous ne travaillerons que sur le 1 et le 2.

 

Deuxième étape :

Demandez à votre enfant de vous montrer la boite sur laquelle est inscrit le chiffre 1.

Demandez lui de mettre le carré contenant un point dans la boite.

Demandez lui de mettre le cube dans la boite correspondante.

=> N'oubliez pas de féliciter chaleureusement, sur le mode : "ouais ! Prénom champion du monde !"

=> Cet exercice, ludique, peut être fait dans bien des situations. Vous pouvez, par exemple, interrompre un jeu (au bon moment...), pour le lui faire faire, deux à trois minutes suffisent, ensuite, l'enfant peut continuer à jouer. Tous les moments sont bons, tous les renforçateurs aussi !

Une fois que le chiffre un est bien identifié, que la correspondance avec la face de dé est faite et que l'enfant sait mettre un seul cube (alors que vous lui en présentez trois) dans la boite, vous pouvez passer au chiffre deux.

 

Troisième étape :

Tout d'abord, travaillez le 2 tout seul, puis rapidement introduisez le un, afin que l'enfant ait un exemple.

Travaillez au minimum sur 5 réussites sans aide pour introduire le chiffre suivant. Laissez dans un premier temps le 1 seul afin de discriminer le nouveau chiffre par rapport à un chiffre connu et simple.

 

Quatrième étape :

Une fois que les chiffres 1, 2, 3 sont acquis, vous pouvez introduire d'autres chiffres, en allant jusqu'à 10.

Pour vérifier que le comptage est compris et assimilé, faites compter des cubes :

Adulte : combien tu as de cubes ?
Enfant : 1,2,3,4,5

Adulte : Et ça fait combien de cubes

Enfant : 5
 
Sur un carré de papier cartonné, inscrivez le chiffre 5
Sur un autre, de la même taille, représentez une face de dé correspondant au chiffre 5
Munissez vous de 5 cube en bois.

Faire l'association entre la comptine numérique (apprentissage par cœur) et le fait d'établir la relation entre une quantité et un chiffre est un exercice assez difficile. Il peut être nécessaire d'y travailler plusieurs semaines, voire des mois.

En parallèle, affichez des lignes de chiffres à tous les endroits où l'enfant passe du temps (de 1 à 10), avec des écritures différentes, des collages, si vous trouvez des autocollants, faites le participer, trouvez des autocollants avec des pères noël pendant les fêtes etc.

Résumé:
Apprendre la comptine numérique
Faire compter des objets
Demandez combien d'objets l'enfant a compté
Mettez des lignes de chiffres partout afin que l'enfant s'habitue à en voir en permanence.
 

 


 

 

 



BienvenueAutisme infosPrises en chargeEcole, AVS, Inspection d'AcadémieAdministratif, MDPHQuotidien, aides, outils et liensFACEBOOK EGALITED